Comment être heureux selon Sri Sri Shankar

Home / coaching / Comment être heureux selon Sri Sri Shankar

 

Cultiver l’Art d’être heureux…Oui mais comment ? Existe-t-il un mode d’emploi ?

La Maison de la Mutualité a accueilli le 25 avril dernier Sri Sri Shankar, un guru et maître à penser indien, reconnu dans le monde pour ses actions en faveurs de la paix et de l’harmonie qu’il considère comme un droit de naissance. En 2010, le magazine Forbes l’a élu cinquième personnalité la plus influente en Inde. Je partage aujourd’hui avec vous quelques uns de ses enseignements (un peu en vrac, vous me pardonnerez ;)) qui, je le souhaite, vous seront utiles :

La joie, le bonheur sont des sentiments qui s’expansent en partant de l’intérieur vers l’extérieur. Et l’expansion implique de lâcher, de se relâcher de l’intérieur…

Note personnelle – Ce que je comprends est qu’être en tension, en crispation à l’intérieur de soi est une entrave au sentiment de joie. Nous entendons beaucoup parler de « lâcher-prise ». Dans ma pratique, j’invite souvent mes clients à s’interroger sur le « qu’est-ce qui est retenu ? » et par conséquent « qu’est-ce qui doit être lâché ? ». Ainsi relâcher ce qui a été re-tenu amène un mouvement de libération et laisse l’espace libre pour autre chose de plus adapté, de plus positif.

Nous trouvons naturel d’avoir une bonne hygiène dentaire. Cela implique de se laver les dents chaque jour. Or, on ne nous apprend pas à gérer et à éduquer notre mental alors qu’il s’agit d’un apprentissage fondamental pour trouver l’harmonie. Cela permet aussi d’apprendre à se départir de sentiments tels que la colère ou encore l’avidité pour être dans un meilleur cadre émotionnel pour soi et les autres, pour calmer le mental et être plus paisible. En apprenant à gérer son mental, nous devenons le conducteur du véhicule de notre vie. Nous ne sommes alors plus sur le siège conducteur aux prises de nos pensées et de nos émotions.

Sri Sri nous a parlé de la capacité de l’enfant à vivre dans l’instant présent, de sa capacité à passer du rire aux larmes en quelques minutes, de ne pas rester focaliser sur du négatif. Un bébé sourit 400 fois par jour, un adolescent 16 fois par jour seulement. Il a souligné le fait qu’il était était bon de voir, d’accueillir et d’écouter les émotions et nous invite à ne pas en être les victimes, spécialement si celles-ci prennent le contrôle sur nous. Ne pas être la victime de ses émotions ne signifie en aucun cas supprimer celles-ci, mais les voir, les reconnaitre.  

Note personnelle – Certaines personnes préfèrent se déconnecter de leurs émotions pour éviter de souffrir en les évitant, en les faisant taire, en les refoulant…Bref, en faisant la politique de l’autruche. Il s’agit d’un mécanisme de défense classique qui n’enlève en rien la souffrance. Une émotion, quelle qu’elle soit, a toujours une bonne raison d’être. Elle vient vous informer de quelque chose. Elle a un message à délivrer. Prenez un petit enfant, là, en train de pleurer à grosses larmes tout seul au bord de la route, le visage empreint de tristesse, effrayé. Le laisseriez-vous dans cette situation ? Ou iriez-vous immédiatement le consoler, lui demander ce qui ne va pas, le prendre dans vos bras ? Imaginez un instant les conséquences que pourraient avoir le fait de ne rien faire, de fermer les yeux et les oreilles devant sa détresse, de passer votre chemin ? Les émotions sont vos enfants…Si celles-ci sont désagréables, écoutez les, elles ont un message à délivrer. Sinon pourquoi existeraient-elles ?

Sri Sri nous a également parlé de la nature du doute et de la tendance de l’être humain à douter de ce qui est positif. Il a donné les exemples suivants : nous doutons facilement de l’honnêteté de quelqu’un. En revanche, nous aurons moins de mal à ne pas douter de sa malhonnêteté n’est-ce pas ? Lorsque l’on nous pose la question « êtes-vous heureux ? », nous doutons, nous y réfléchissons plusieurs fois et nous questionnons : suis-je vraiment heureux… ?  A priori, nous doutons beaucoup moins sur le fait d’être déprimé ou malheureux. Le mental a tendance à se fixer sur le négatif. Sur 10 compliments et une insulte, sur quoi se fixe-t-on ? Il y a un schéma à renverser si nous sommes dans le cas où nous avons tendance à nous focaliser sur le négatif. Il explique que le Yoga et la Méditation sont des moyens d’enrayer ce schéma de pensée.

Il parle des 4 i. Pour lui, la méditation permet d’être Innovant, Intelligent, Inspirant, Intuitif.

Il préconise aussi l’exercice suivant : répondez à la question : quel est le but de la vie ? en faisant une liste de tout ce qui ne l’est pas pour découvrir tout ce qui est. Le but de votre vie est-il de manger des chips devant la télé par exemple ?

Voici ce qu’il conseille en matière de couple :

  • Aux femmes – S’il vous plaît, ne mettez pas votre homme en position de prouver sa valeur. Ne marchez pas sur son ego, au contraire boostez le ! Cela renforcera son estime d’eux-même !
  • Aux hommes – Ne marchez pas sur les émotions de votre femme. Ce qui est précieux pour une femme doit être nourri. Exemple. Seule votre femme a le droit de critiquer sa famille, pas vous !
  • Aux deux – Ne demandez pas à l’autre de prouver son amour car cela deviendrait alors un fardeau de devoir prouver à l’autre qu’il vous aime. N’attendez pas des autres qu’ils vous prouvent leur amour. Par ailleurs, les plaintes n’apportent jamais rien et pompe de l’énergie. Le travail de chacun est de pousser l’énergie vers le haut. Vous êtes seul(e) responsable de votre bonheur. Asseyez-vous sur le siège conducteur du véhicule de votre vie !

 

 

 

 

 

 

Recent Posts

Start typing and press Enter to search

IMG_0999Gaëlle Faure / www.gaelle-faure.com