Merci Burn Out

Home / coaching / Merci Burn Out

33 ans…33 ans et  l’impression d’avoir déjà vécu plusieurs vies. J’ai entrepris il y a dix ans le grand voyage du monde de l’entreprise, avec son lot d’expériences, de rencontres, de joie mais aussi de batailles, de questionnements, de remises en question.

En dix ans, j’ai eu la chance de traverser de nombreuses contrées : celles des sciences humaines, du marketing, de la communication, des médias, de l’innovation, de la créativité, du web et des réseaux sociaux. Je visite maintenant la richesse des pays du coaching et de la thérapie.

En dix ans, j’ai eu l’opportunité de travailler et de vivre une somme d’expériences incroyables aux côtés de personnes exceptionnelles. Ils sont coachs, thérapeutes, psychologues, artistes, journalistes, dirigeants et managers dans le web, les médias, au sein d’agences de communication. Ils vivent en France, en Angleterre, en Allemagne, en Italie, bref partout en Europe et aux Etats-Unis. Ils ont été mes mentors, mes managers, mes collègues, mes partenaires, mes guides. Ils m’ont inspirés, ils se reconnaitront…A-t-on vraiment conscience de tout ce que l’on apprend, de tout ce qui est capitalisé et intégré au fil des années ?

Vous l’aurez peut-être compris, j’aime et ai toujours choisi le « sans frontière » pour la richesse naturelle qui en découle. Au sein de ces environnements ouverts sur le monde, j’ai aussi choisi de me confronter à des entreprises pragmatiques prônant la culture du résultat par l’innovation et l’excellence.  Posez un instant votre attention sur ce mot, choisir…

Durant dix ans, j’ai soumis mon esprit et mon corps à un rythme effréné, habitée par des valeurs fortes comme l’atteinte de résultats, le travail, l’excellence, la loyauté, l’esprit d’équipe, la conscience professionnelle, l’évolution…Et c’est sans prétention que je peux dire que j’ai concrétisé ces valeurs en matière tangible pour mes employeurs, me permettant d’atteindre de très beaux jobs. J’ai repoussé plusieurs fois mes propres limites érigeant mon mental au sommet écoutant la voix intérieure qui me disait lorsque j’étais fatiguée « Pousses encore. Si tu t’écoutes trop, tu n’iras pas aussi loin que tu le veux » « C’est important de respecter les délais. Même si elles sont trop courtes, peu importe. Tu es pro. Tu peux le faire » et puis  le fameux « Il faut travailler dur pour réussir » ou encore « On a rien sans rien »…Et il y en a d’autres…

Avec de telles pensées, de telles croyances, peut-être devinez-vous la suite…

Un jour, mon corps m’a laché, épuisé par toute cette énergie mal dirigée. Il m’avait pourtant envoyé des signes avant coureur. Je le sentais venir. Et que dire de ma fibre de danseuse qui m’a toujours appris à être à l’écoute de mon corps. En réalité, je dois vous avouer que je l’ai bien entendu ce corps en souffrance ; sauf que mon choix inconscient à ce moment là a été de ne pas agir en conséquence, de ne pas ralentir, considérant que mon mental était plus fort que tout. Bien mal m’en a pris…

Croyez moi, le corps est notre meilleur ami. Il est le baromètre de nos émotions. Pour moi, pour m’éviter le pire, il m’a tout simplement forcé à entrer dans le silence et le repos, dans « l’immobilité », dans la conscience de moi-même. Il m’a sauvé de cette partie de moi qui avait besoin de prouver, d’être reconnue. Je sais aujourd’hui que j’ai failli sombrer. J’ai senti parfois le danger, comme si j’étais au bord d’un dangereux précipice. Un pas de plus et tout s’effondrait, moi avec.

Il ne m’a heureusement fallu que quelques mois pour retrouver une à une toutes mes ressources. J’en ai même découverte de nouvelles, qui étaient là, en attente d’être vues, reconnues, utilisées. Je dois tout de même rendre à César ce qui est à César. J’ai énormément œuvré pour moi-même mais cela n’a pas été sans l’aide de thérapeutes d’exception et le soutien de ma famille et de mes proches. Des guides qui, à des niveaux différents,  m’ont permis de rendre mes traversées les moins houleuses possibles pour arriver à bon port.

Savez-vous quelle a été la surprise la plus inatendue que j’ai trouvé sur ce chemin du burn-out ? Moi. Je me suis retrouvée MOI ! J’aimerais vraiment pouvoir vous faire sentir la joie immense que m’a procurée le fait de m’être retrouvée, la joie de m’être libérée de chaines, de retrouver mon souffle, de renouer avec qui je suis vraiment…

Cette expérience m’a enseigné une chose. J’ai eu une grande part de responsabilité dans la vie qui est la mienne. J’ai été la scénariste de ma propre vie ainsi que le personnage principal de mon propre film.

Et vous, avez-vous déja pensé à ce que vous étiez en train d’écrire pour vous-même en cet instant ?  Quel est votre état d’esprit et comment il conditionne les scénarios que vous vous faîtes ? Vous êtes-vous déja interrogé sur la catégorie dans laquelle vous jouez : happy end, comédie romantique, dramatique, catastrophe… ? Vous êtes-vous posé la question de l’impact que vos films intérieurs ont sur votre quotidien, votre vie ?

Mon histoire, je la raconte pour vous, pour planter en vous la graine du « tout est possible ». Même lorsque l’on se trouve au pied du mur, il est toujours possible d’accéder à d’autres chemins bien plus agréables et motivants. Il est possible de vivre plus sereinement, plus en paix, de traverser les déséquilibres de la vie sans se faire « trop » mal, d’être plus en harmonie avec soi-même.

Alors, même si la route est parfois marqué d’obstacles, je sais pour ma part qu’il est possible de prendre le chemin de l’école de la vie avec joie et entrain. Je sais que si je bute devant un mur, il y a toujours la possibilité de prendre des itinéraires bis, qu’il y a des accès à droite et à gauche…Je sais aussi que mon GPS interne est toujours en fonction. Et c’est bien là le principal.

Aujourd’hui, j’allie travail et passion. Je tente au maximum de m’écrire des scénarios positifs pour que chaque jour soit empreint de moments de plaisir. Je bâtis pierre par pierre mon édifice. La mission que j’ai choisie est d’accompagner chaque personne qui vient me voir sur le chemin unique qui l’amène un peu plus proche de son être.

Il y a une citation qui dit que « Le bonheur n’est pas une destination, c’est une manière de vivre ». J’adhère !  Et puis de toute manière, ne vit-on pas dans le présent ?

Merci Burn Out !

Recent Posts

Start typing and press Enter to search

IMG_0121